Votre avocat,
partenaire de votre bien-être
Blessure au travail, bon samaritain ou maladie terminale : votre avocat vous rassure et vous renseigne en matière de recours, de sécurité et de dignité.
Vos droits sont en pleine forme
Le droit à un filet au travail

Au Québec, il existe des lois qui protègent et dédommagent les gens ayant subi un accident ou souffert de problèmes de santé dans le cadre de leur travail. Il y a cependant des exceptions, des preuves à fournir, des démarches à suivre et des questions dont la réponse n’est pas toujours simple à obtenir... ou facile à accepter.

Quels sont vos droits si vous êtes travailleur autonome ? Un employeur peut-il contester le billet du médecin ? Et si la blessure est psychologique, comme un épuisement professionnel ? Votre avocat exerçant en droit du travail possède les réponses. Il intervient pour faire connaître et valoir vos droits et il s’assure que le processus de compensation n’est pas indûment retardé.

Le droit au secours

Vous êtes témoin d’un accident ? Au Québec, la loi vous oblige à intervenir et à porter secours. Mais cette loi s’applique-t-elle dans tous les cas ? Qu’arrive-t-il si vous aggravez la situation ? Si sauver une vie met la vôtre en danger ? Si vous ne pouvez agir directement ? Et que faire si vous êtes la victime et qu’une personne refuse de vous aider ?

La loi vous protège. Le comportement de bon samaritain est encouragé, valorisé, exonéré de poursuites, et même dédommagé. D’ailleurs, l’Assemblée nationale honore chaque année les citoyens qui interviennent pour sauver des vies. Cependant, si le fait de porter secours menace votre propre vie ou celle d’autres personnes, on ne pourra vous tenir responsable de ne pas être intervenu.

Le droit à la dignité

Si une santé en déclin laisse entrevoir une mort imminente ou un avenir défini par l’incapacité et la souffrance, peut-on choisir de mourir dans la dignité ? Au Québec, les soins de fin de vie sont d’ores et déjà encadrés par une loi. Aussi la Cour suprême du Canada a-t-elle établi des paramètres clairement définis en ce qui a trait au droit à l’aide médicale à mourir, ce qui a amené le gouvernement fédéral à amender le Code criminel.

Si la dignité en fin de vie vous préoccupe, si elle vous touche de près ou de loin, parlez-en à votre avocat. Celui-ci sera en mesure de vous éclairer sur des notions comme les soins de fin de vie, l’aide médicale à mourir ou le testament de fin de vie. Il vous rappellera qu’il appartient à vous et non aux autres de décider de votre qualité de vie.

Questions de choix
Les choix qui s’offrent aux patients en fin de vie voulant mettre fin à leurs souffrances sont essentiellement les suivants :

Dans cet extrait de l’émission Le droit de savoir, un avocat et un médecin nous éclairent sur les enjeux légaux et médicaux qui font l’objet d’une réflexion sur les soins de fin de vie.

Le Québec est le seul territoire en Amérique du Nord ayant un droit au secours enchâssé dans la loi.

5 000 $

Montant maximal pouvant être décerné par le gouvernement à une personne ayant commis un acte de bravoure pour sauver une vie.

69

travailleurs sont décédés à la suite d’un accident du travail en 2015.